Quel est le nouveau ravageur du maïs à 1 milliard de dollars ?

La chrysomèle du maïs progresse, comment la détecter, et quels moyens de lutte adopter ? Nous vous donnons les réponses…

Semences UFA vous informe :

La chrysomèle du maïs est reconnue comme le ravageur numéro 1 du maïs au niveau mondial. Elle a gagné le surnom aux États-Unis de « l’insecte à 1 milliard » où les ravages sont estimés à ce montant. Le continent européen était épargné jusqu’en 1980.

En 1980, l’insecte a été introduit par voie aérienne à Belgrade. Depuis, la chrysomèle s’est développée à raison d’une progression de 40 km depuis son lieu de contamination. Cette progression naturelle a été également aidée par les moyens de transport, et c’est pour cela que l’on détecte rapidement des chrysomèles en France (aéroport de Roissy), en Italie, en Allemagne, et enfin en Suisse en 2003.

Depuis seul le Tessin est réellement impacté par la chrysomèle, et c’est dans cette région que les premiers suivis effectués par Agroscope ont été mis en place. Aujourd’hui, la contamination progresse en France vers la Suisse, et le réseau de pièges suisse détecte des populations dans le Chablais (valaisan et vaudois). La menace est donc à prendre au sérieux.

 

Semences UFA vous aide à diagnostiquer le ravageur :

Une femelle peut pondre jusqu’à 1 000 œufs, ce qui laisse présager une infection rapide de la parcelle. Ce sont principalement les larves qui vont affecter la récolte; elles vont en effet se nourrir des racines du maïs. Les adultes eux vont principalement consommer le pollen, les soies et éventuellement les feuilles du maïs.

larves.PNG
Un mâle et une femelle; Sources : INRA

Les symptômes à relever sont les suivants :
– Attaques par foyers ou taches dans la parcelle

Les-symptmes-a-relever-sont-les-suivants.PNG
Sources : ARVALIS

Les maïs touchés par les larves de chrysomèles voient leur capacité de captage de l’eau et des éléments nutritifs diminuer. De plus, la faible densité de racines soumet le maïs à des risques de verse beaucoup plus importants. L’impact sur le rendement peut se compter en dizaines de quintaux !

Attention en cas de détection potentielle de chrysomèles, veuillez-vous rapprocher de la station phytosanitaire cantonale.

Semences UFA vous recommande :

Le point faible de la chrysomèle est son extrême dépendance au maïs. Les populations de chrysomèles ne peuvent en effet se développer que sur le maïs.

En préventif :

– Une rotation diversifiée reste le meilleur moyen de se prémunir des chrysomèles (des niveaux d’efficacité de 95 % sont généralement admis).

En curatif :

Il n’existe pas de produits autorisés pour la lutte contre les chrysomèles sur maïs actuellement en Suisse.

Le service technique de Semences UFA vous encourage à surveiller vos implantations de maïs afin de limiter la progression de ce nouveau ravageur.

Retour à la vue d'ensemble